La toute première pièce que j’ai créée lorsque j’ai commencé en tant qu’apprentie « cartonera » à l’atelier Tlamaxcalli de Mexico, en 2014, fut une poupée. J’ai réalisé moi même le moule en pâte à modeler. Il m’a fallu plus d’une semaine pour donner vie à Martita, comme je l’ai baptisée, et bien qu’elle semble très grotesque en comparaison de mes créations plus récentes, elle fait toujours partie de mes favorites. 

Martina, ma toute première poupée, réalisée en 2014

La tradition Mexicaine de fabriquer des poupées en carton remonte à l’époque de la colonie espagnole, à la fin du XVIIIè et au début du XIXè siècle. Certains artisans ont alors eu l’idée de récupérer les restes de poupées européennes en porcelaine abimées et de les utiliser en tant que moules afin de confectionner des copies en carton pour les familles pauvres.

Vendeur de « lupitas » à Mexico dans les années 20

Avec l’arrivée des jouets en plastique à partir des années 50, les poupées de carton (aussi appelées « Lupitas ») ont bien failli disparaitre. Seuls quelques artisans de la ville de Mexico et de Celaya réalisent encore des pièces, qui sont désormais de véritables objets de collection. Des expositions et des ateliers ont été organisés un peu partout au Mexique et dans le monde (jusqu’au Japon) pour faire connaitre cet objet typique de la culture Mexicaine.

Quelques unes de les créations plus récentes

Je suis fière de participer à la conservation de cette tradition, de l’exporter en Europe, et de la moderniser aussi en apportant ma touche personnelle. En effet, j’aime donner à mes poupées des airs plus modernes, comme par exemple ce DJ que j’ai réalisé pour le fils d’une cliente, ou une représentation du Petit Prince.

poupée de DJ
Poupée DJ, Décembre 2017
poupée du petit prince
Poupée avec ses accessoires, dans une boite de chaussures. Réalisée en 2015 et offerte à ma nièce.